Palm Springs


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Heir To Misfortune | Pv Sean

Aller en bas 
AuteurMessage
Zéphir McOwen
Beautiful Liars | Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 310
Age : 23
* Love : Ashton. But shhht.. it's our little secret! :)
* Chanson préférée : The Blood Arm - Do I Have Your Attention?
Date d'inscription : 18/05/2008

Relationships
Relationships:

MessageSujet: Heir To Misfortune | Pv Sean   Mer 9 Juil - 13:44

"Le temps emporte tout. Qu'on le veuille ou non, le temps emporte tout. Le temps efface tout. Et tout ce qui reste à la fin, ce sont les ténèbres. Parfois, au coeur des ténèbres, on retrouve d'autres personnes. Et parfois, au coeur des ténèbres, on les perd a nouveau."


    Qu'elle le veuille ou non, c'était bien vrai, le temps emportait tout. Tous les souvenirs que Zéphir avaient de sa mère disparaissaient au fil des années. Il faut dire qu'elle n'avait jamais vraiment eu beaucoup d'instants "mère-fille", à part peut-être un peu lorsqu'elle était toute petite. Lorsque sa mère n'était pas encore devenue mannequin, lorsqu'elle n'était pas encore anorexique et toxico. Mais tous les ans, durant les mêmes dates, quelques bribes de souvenirs lui revenaient. Tous les ans juste avant l'anniversaire de sa mort. La couleur de ses yeux, l'odeur de ses cheveux lorsqu'elle serrait sa toute petite fille, sa toute petite Zéphir, dans ses bras. Et puis d'autres souvenirs plus proches, moins agréables. Comme les marques sur ses doigts, ses doigts qu'elle s'enfonçait au fond de la gorge. Et puis ses pupilles dilatées, ses saignements de nez.. ce type étrange qui avait sonné à la porte une fois et qui semblait bien remonté contre elle. Zéphir le savait, sa mère avait des dettes à cause de la drogue, mais son salaire était bien moins élevé que celui de son mari. Tout passait dans la drogue. C'était Monsieur McOwen, le multimilliardaire. Mais Meredith McOwen ne se sentait bien sur pas de demander à son mari de payer ses dettes à des dealers étranges. Elle ne voulait pas qu'il sache, elle avait trop honte. Du moins, c'était ce que Zéphir avait cru constater. Zéphir savait tout, Zéphir avait toujours su tout ce qui se passait. Elle était très bonne observatrice. Observatrice seulement. Jamais elle n'avait rien fait. Jamais elle n'avait agi. Jamais elle n'avait rien dit à personne. Elle aurait pu tout dire à son père afin qu'il puisse aider sa femme, qu'il puisse l'aider à régler son addiction, qu'il paye ses dettes, que tout redevienne comme avant, comme quand Zéphir avait 4 ans et qu'ils étaient une jolie petite famille unie. Mais non, elle n'avait rien fait. Elle s'était contentée d'entendre sa mère se lever la nuit pour vomir, de la voir porter ses énormes lunettes de soleil mouche en été, et de mettre la tonne de fond de teint en hiver, à cause des coups qu'elle recevait, des coups de dealers pas très contents qu'elle ne règle pas leurs comptes. Elle était indifférente. Cette femme, cette femme qui était censée être sa mère, elle ne la connaissait pas. Elle n'était pas la femme qui la serrait dans ses bras quand elle était petite, qui lui racontait des contes de fées, qui lui préparait des bons gros plats de "spaghettis alla carbonara". Celle dont les cheveux sentaient la violette. Celle aux magnifiques yeux gris. Alors elle l'avait laissé. Elle avait laissé sa mère mourir à petit feu. Elle l'avait laissée s'enfoncer, peu à peu.

    Voilà les réflexions que Zéphir se faisait à elle-même tous les ans. Voilà ce qu'elle s'infligeait tout les ans. Et tous les ans, il y avait une soirée où elle craquait. Une soirée où elle allait au bar et où elle buvait une centaines d'étranges cocktails à la suite. Une soirée où elle avait une énorme gueule de bois le lendemain mais elle s'en foutait. Au moins elle oubliait.

    Eh bien cette soirée-là était aujourd'hui pour miss McOwen. Il était environ minuit, et elle était au Palméa Club depuis dix heures du soir. Accoudée au bar — enfin, de plus en plus allongée sur le bar en fait. Et elle buvait, et elle racontait sa vie au barman.

    Un jeune homme d'une vingtaine d'années s'approcha d'elle et l'aborda. Il lui proposa "un p'tit plan cul" comme y disait. Zéphir s'énervait. Même sous l'effet de l'alcool, elle ne couchait pas avec le premier inconnu venu. Elle avait vraiment l'air d'une pute pour que ce type l'aborde?! Elle se leva et gueula de toutes ses forces.


    PUTAIN MAIS DÉGAGE GROS PERVERS! J'T'AI CAUSÉ À TOI? J'T'AI DEMANDÉ DE BAISER AVEC MOI? NON ALORS DÉGAGE, DÉGAGE OKAY?!

    Sa réaction était sûrement abusive, mais elle était bourrée et dépressive, alors bon..
    Et le type ne la lâcha pas. Genre qu'il aimait les filles qu'y avait du caractère. Il la collait de plus en plus, elle n'avait pas assez de forces pour lui faire la lâcher son poignet qu'il serrait comme un dingue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Heir To Misfortune | Pv Sean
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sean Penn and Wyclef Jean: Hollywood, Hip Hop and Haiti
» Down - JAY SEAN - LIL WAYNE
» Sean Irbe (Serdaigle)
» Has Sean Penn been recruited by Jean-Claude "Baby Doc" Duvalier?
» Sean Couturier (Saddy)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Palm Springs :: CENTRE VILLE | Au coeur de Palm Springs :: ▪ Palméa Club-
Sauter vers: