Palm Springs


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 >> JOANNE CHARRIS__*

Aller en bas 
AuteurMessage
Joanne Charris
The Elite We are rich, pretty & popular. Who else ?
avatar

Féminin Nombre de messages : 6
Age : 25
* Love : Hahèm.
* Citation : J'devrais lui dire qu'à l'intérieur et sous ma peau j'ai tout un coeur ... xx3'
* Chanson préférée : Yaël Naïm - New Soul
Date d'inscription : 18/05/2008

Relationships
Relationships:

MessageSujet: >> JOANNE CHARRIS__*   Dim 18 Mai - 19:41

    { Identité



    Nom : Le nom de notre jeune brunette est Charris. Que dire de ce nom de famille ? Pas grand chose si ce n'est qu'elle le déteste. En même, on n'est pas tous fan de nos noms de famille, comme de nos prénoms d'ailleurs. Et puis que voulez-vous ? On ne choisit pas, on vient au monde avec, c'est comme ça !
    Prénom(s) : Son prénom... Pour le coup elle en est assez fière. C'est un prénom qu'on n'entend pas aux quatre coins d'une rue, qui reste original et qui a son charme. Bon, bien sûr, ici les prénoms originaux sont nombreux. Enfin bon, avec tout ça je n'ai toujours pas dit son prénom. Joanne, oui, la petite brunette se prénomme donc Joanne. Ce qui, si on assemble nom et prénom, fait Joanne Charris.
    Surnom(s): Nombreux sont les surnoms de Joanne. Elle a droit à tout, aussi bien à l'inévitable Jo' qu'au Jojo, et même aux lamentables Nane et Nanie.
    Âge : La petite brunette va sur ses 18 ans, elle a donc 17 ans à l'heure actuelle. Mais ne avisez pas de lui demander son âge, elle risque bien de vous accueillir soir avec une bonne remarque sanglante sur le votre, ou alors elle se vieillira d'un an.
    Date de naissance : Onze Février 1991.
    Lieu de naissance : Russie _ St-Petersbourg
    Nationalité : Russe, mais elle vit en Amérique.
    Groupe : Elite, oui m'sieur dame !

    { Caractère

    Traits de caractère:
    Je vais vous présenter son caractère en plusieurs étapes. Tout d'abord les qualités: Bon, ça va sans dire que Joanne Charris n’est pas parfaite, mais néanmoins, j’ai une longue liste de qualités à vous citer. Si vous me le permettez, nous allons commencer par la franchise. Il est difficilement envisageable de connaître quelqu’un de plus franc que Joanne. Et oui, la jeune fille est des personnes à avoir tendance à dire tout haut ce que les autres pensent tout bas. Quitte à dire à sa propre mère qu’elle la trouve immonde dans sa nouvelle robe, si ce n’est pour pas mentir, elle le fera. Le mensonge est, aux yeux de notre jeune brunette, quelque chose d’horripilant qu’elle ne sait guère utiliser. Optimiste, elle ne baisse pas les bras et a toujours une bonne raison pour continuer dans sa lancer même si celle-ci semble peine perdue. Aussi, la méchanceté, elle ne connaît pas. Faisant souvent office de bonne poire, elle est trop gentille et l’admet. Elle préfère ne pas se mentir, elle est vraiment trop naïve, vous pouvez bien lui sortir un mensonge énorme en lui disant par exemple que vous n’avez pas d’argent et que vous avez besoin de quoi payer votre loyer, vous réussirez à lui mettre la larme à l’œil et à lui escroquer de l’argent. Oui, on dit peut-être d'elle qu'elle est peste, mais c'est surtout une carapace qu'elle aime utilisé. Bon, passons au défauts: La jeune demoiselle que vous voyez là est des plus rancunières. Attention, si vous lui avez piqué ses bonbons pendant la sieste en maternelle, elle vous en voudra à vie ou bien alors se vengera férocement. Joanne n’a pas vraiment bonne mémoire mais pour ce qui est de se rappeler de chaque mauvais coup que lui ont fait certains individus, tout change et elle à une mémoire d’éléphant. Egalement, la jeune fille à beau être gentille, elle ne se laisse pas pour autant marcher sur les pieds. Vous la cherchez ? Une seule chose à dire : « Vous allez là trouver ! ». Joanne est, certes, très pacifique, mais n’acceptera en aucun cas qu’on lui marche sur les pieds. Quand on l’énerve, elle est assez rentre-dedans et n’attend pas de savoir qui à raison ou qui a tord. Pour elle, c’est soit blanc, soit noir, mais jamais gris. On est coupable ou on le n’est pas, il n’y a pas d’à peu près. Et si on voyait maintenant ce qu'elle aime. C'est une bonne idée non? Ce qu’elle aime ? Commençons, si vous le voulez bien, par le piano. C’est une vraie passion qu’elle ressent envers cet instrument musical et tout ce qui l’entoure. Ayant étudier de font en combles ces choses aussi barbantes soit-elles, elle décida donc de devenir une grande pianiste de renommé mondiale. Malgré sa grande passion qui est, comme je viens juste de vous le confier, le piano, elle en a une deuxième, presque aussi forte, qui est le dessin. Petite, elle ne s’amusait guère en faisant des coloriages, elle préférait de loin dessiner. Même si, la plupart du temps, ce qu’elle faisait ne ressemblait à rien, elle continuait. En grandissant, comme tous les enfants, elle pratiqua diverses activités telles que le tennis ou la danse, mais, après avoir essayer plusieurs activités, elle se contenta de cours de dessins. A part cela, elle aime bien la mode, qu’elle suit sans modérations et la musique évidemment. Et pour finir en beauté, ce qu'elle n'aime pas: S’il y a bien une chose qu’elle déteste, c’est l’injustice. Si par exemple elle voit une mère donner une glace à son petit garçon et un gâteau sec à moitié périmé au plus grand, ça l’enrage. Oui, c’est bien connu, le petit dernier c’est le petit chouchou. Mais tout de même ! Sinon, Joanne déteste également l’hypocrisie. Par exemple les personnes qui vous disent « Tu es magnifique dans ta nouvelle robe ! » alors qu’elles pensent : « Mon dieu quelle horreur ! ». Et puis, comme tout ça s’englobe dedans, on pourra facilement dire qu’elle n’aime pas le mensonge. Quoi de plus désagréable que d’être ami avec quelqu’un qui ne cesse de mentir ? A la fin on se demande même à chacune de ses paroles s’il ment ou s’il dit la vérité.
    Plus grande qualité :
    La plus grande qualité de Joanne est sans nuls doutes la franchise. Impossible de connaître quelqu’un de plus franc que la jeune fille. Car elle sera franche jusqu’à en blesser les gens. Bien sûr, elle a d’autres grandes qualités, tels que son côté fofolle, toujours enthousiaste etc. Enfin bon, je dérive là. La franchise est donc vraiment la clef du caractère de Joanne, ça peut même parfois devenir un défaut lorsqu’elle est franche et qu’elle blesse autrui. Mais que voulez-vous, on ne va tout de même pas lui demander de mentir ?!
    Plus grand défaut :
    « Mais à quoi ça sert d’être quelqu’un d’autre ?! C’est d’un ordinaire d’une histoire à l’autre ! » . Voilà la phrase clef de Joanne « Mais à quoi ça sert ? ». Elle est, certes, optimiste, mais peu aussi, quand le veut, devenir très pessimiste et en un clin d’oeil vous faire plonger dans un bon coup de cafard. On se demande parfois si elle n’est pas restée bloquée sur la case des petits quand ils demandent sans cesse « Maman, ça sert à quoi ça ? Et ça ? Et ça ? Etc. ». Allez savoir
    Manies : //

    { Apparence :

    Allure :
    On ne pourra pas dire de Joanne qu’elle est le mannequin idéal. Mais malgré tout, elle tout de même plusieurs points forts dans son apparence. La jeune femme est brune (quand elle n'a pas de couleur s'entend) aux yeux noirs. Cliché vieux comme le monde, je sais. Sa longue chevelure brune est raide, parfois très fine et s’arrête à longueur de ses épaules en un léger dégradé. Elle a des yeux noirs intenses, on voudrait presque s'enfuir ou se noyer dedant en les voyant. La jeune fille a toujours eu un regard des plus poignants et perçants. Son regard est si froid qu’elle donnerait presque la chaire de poule à certaines personnes. Joanne est assez petite. Oui, un mètre cinquante-deux je ne trouve pas ça bien grand personnellement. La petite brunette fait partie des personnes qui peuvent manger comme quatre et qui ne grossiront jamais. Elle à une démarche très classe et assez élancée.
    Style :
    Etant une écorchée vive à cause de son enfance plutôt sordide avec sa mère et son père, pendant un certain temps Joanne mit exclusivement des haut très larges. Par exemple des pulls de deux tailles de plus que la sienne etc, comme pour se cacher. Puis avec le temps, elle apprit à mettre en valeur ses formes et se mit à suivre la mode. Niveau goûts vestimentaires, Joanne aime principalement porter des jeans pour ce qui est du bas et pour le haut elle aime bien les vêtements imprimés, avec des dessins plutôt compliqués de préférence et assez originaux pour qu’elle soit la seule à les mettre. Joanne aime également avoir des petits détailles flashs. Tels qu’une jolie broche sur sa veste ou alors des faux ongles quand elle trouve que ça met sa tenue en valeur.

    { Autres

    Votre prénom : Emily Rose.
    Age / Sexe: 14 HAN, Féminin.
    Personne sur l'avatar : Rachel Bilson xx3'
    Présence sur le forum : Pendant l'année scolaire seulement le week-end, sauf si je suis hyper serviable avec mes parents.
    Avis sur le Design : Très BOOO !
    Trouvez vous le forum COMPLET ? : Bah oui. xP
    Où avez vous trouvé le forum ?: Partenariat avec Closer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joanne Charris
The Elite We are rich, pretty & popular. Who else ?
avatar

Féminin Nombre de messages : 6
Age : 25
* Love : Hahèm.
* Citation : J'devrais lui dire qu'à l'intérieur et sous ma peau j'ai tout un coeur ... xx3'
* Chanson préférée : Yaël Naïm - New Soul
Date d'inscription : 18/05/2008

Relationships
Relationships:

MessageSujet: Re: >> JOANNE CHARRIS__*   Dim 18 Mai - 19:41

    Histoire :
    « Mes félicitations madame, vous avez mit au monde une petite fille ! Comment voulez-vous l’appeler ?
    - Joanne ! Mais... elle… elle est normale ?
    - Bien sûre madame ! Ca n’est pas parce qu’un bébé est prématuré qu’il n’est pas normal. Ils sont seulement sujets à de petites anomalies comme la taille par exemple.
    - Ouf … très bien.
    - Je vais vous laisser vous reposer et je vais peser votre petite Joanne. Au revoir madame.
    - ‘revoir. »

    La vieille femme était au milieu du grand salon de sa maison, ses doigts craquaient sur le piano, on entendait le sifflement aigu du vent, et la mélodie s’émanant de son instrument de musique. A une époque, aussi ancienne soit-elle, elle avait été la meilleure, maintenant c’était peine perdu, ses doigts craquaient aussi fort que les notes sortant du piano étaient presque recouvertes par tous ces craquements incessant. Elle était maintenant la seule à se souvenir de cette soirée de « l’ancienne époque », cette soirée à laquelle elle avait été, et à laquelle elle c’était fracturé le poignet en plus de dix morceaux, à la suite de l’accident de voiture grâce à laquelle elle devait arriver seine et sauve à cette soirée. Oui, aujourd’hui elle seule pouvait se souvenir de la douleur immense qu’elle avait ressenti en entendant son poignet se briser, elle seule pouvait se rappeler des applaudissement abondants du public quand elle jouait de son instrument, du sourire de sa fille illuminé en entendant les notes sortir du piano, et en dernier mais surtout la phrase que l’ambulancier avait prononcé en voyant l’état de son poignet « Je crois que cette pauvre dame ne rejouera pas de si tôt ! ». Elle avait, en une soirée, cumulé toute la douleur qu’un être humain peut ressentir en une vie, une douleur intérieure, mais aussi et surtout extérieure. C’est peut-être et sûrement pourquoi elle insista pour que sa fille unique appelle son seul enfant Joanne, se qui signifie douleur. Maintenant, on entendait le sifflement encore et toujours aussi aigu du vent, la mélodie s’émanant du piano, mais également un rire suraigu d’une fillette qui passa en trombe devant le piano de la vieille dame. C’était elle, Joanne, sa petite fille, le symbole de sa douleur permanente. Instinctivement, la petite fille s’assit en tailleur devant le piano et ferma les yeux, bercée par la mélodie. Quand cette dernière s’arrêta, la fillette eut une moue de dédain, c’était dommage, la musique était finie, elle était déçue une fois de plus, comme à chaque fois que la musique s’arrêtait. Joanne, puisque c’est ainsi qu’elle se nommait, se leva et alla s’asseoir sur les genoux de sa grand-mère. Celle-ci prit les mains frêles et fragiles de sa petite fille et se mit à jouer avec. Joanne était fière, presque comme si c’était elle qui faisait sortir cette grave mélodie toute seule. Mais, comme rompant le charme qui c’était installé dans la pièce, deux personnes descendirent de l’escalier, la première en courant, la deuxième en levant les yeux au ciel. La première, Jane, la mère de Joanne, la seconde, Dean, le père de Joanne, tous deux encore en pleine dispute. Aussitôt, la vieille dame laissa les mains de sa petite fille et les posa les siennes sur les petites oreilles de cette dernière pour ne pas qu’elle entende les mauvaises paroles de ses parents.

    « Espèce d’imbécile ! Tu n’es qu’un bon à rien !
    - Arrête de courir bécasse ! Et cesse de jurer ! Je te préviens Jane, je n’ai pas pour principe de battre une femme mais là, si je t’attrape, je te jure que tu ne te relèveras pas de si tôt !
    - Ah non, sûrement pas mon gendre, tu ne toucheras pas à ma fille. Lui lança la vieille dame calmement.
    - Votre fille ! Je vous dirais bien des choses moi, sur votre fille !
    - Allez-y mon gendre, je vous écoute.
    - Elle est folle ! C’est une tueuse, elle aime le sang.
    - Bien sûr mon gendre, et vous allez aussi me dire que le soir elle se transforme en gros bonhomme vert et qu’elle rend visite à son ami Winnie l’ourson qui en vérité est carnivore.
    - Je ne sais même pas pourquoi je vous dis ça ! Jane, demain, je t’apporte les papiers du divorce ! dit-il avant de sortir de la grand demeure de sa belle-mère en claquant la porte. »

    La vieille dame pu enfin enlever ses mains des oreilles de sa petite fille pour pouvoir la pousser à aller jouer dans sa chambre avec ses poupées barbie. Après avoir entendu la porte de la chambre de Joanne se refermer, elle lança un regard froid et dur à sa fille. Cette dernière n’avait, même en sachant ce que sa mère avait enduré, jamais eut de compassion envers elle et avait toujours été exécrable, la vieille femme avait cependant toujours gardé les bras bien hauts, pendant les crises d’adolescence de sa fille, pendant ses années de débauche etc. Mais aujourd’hui, elle ne s’amusait plus à relever de nouveaux défis, aujourd’hui elle était fatiguée et en avait marre d’avoir plus à s’occuper de Jane, une adulte, que de sa petite fille Joanne. Elle se leva et contourna le piano à queue pour se poster en face de sa fille. Elle leva la main et désigna la sortie, la porte que son gendre avait traversé une minute auparavant.

    « Jane j’en ai plus que marre ! Tu ne te comportes guère mieux qu’une gamine. Et en plus, je me demande pourquoi je t’ai défendu, d’abord parce que tu ne le mérites pas, mais en plus parce que si ça se trouve, bien que ça soit tiré par les cheveux, ce qu’il dit est vrai ! Le pire dans tout cela, c’est que tu ne t’occupes même pas de ta fille, à croire que tu l’a fait uniquement pour me faire plaisir ! Alors maintenant, à toi de choisir, soit tu arrêtes toutes tes conneries et tu deviens une vraie mère raisonnable, respectable et respectée, soit tu sors de ma vie !
    - Au revoir maman, je m’en vais ! Et tu peux garder la gamine, après tout tu as raison, je ne suis pas une bonne mère, et en plus je l’ai fait pour toi. »

    Encore une fois, la porte d’entrée avait violemment claqué. La vieille femme s’assit sur le canapé de cuir blanc, elle aperçut sa petite fille assise sur une marche de l’escalier, elle aurait du s’en douter, Joanne avait tout écouté. La fillette descendit et vint s’asseoir sur sa grand-mère. Cette dernière caressa les bouclettes blondes de sa petite fille. Sa fille était une vraie garce, elle savait pertinemment qu’elle lui donnait de faux espoirs en lui laissant la gamine, Jane l’avait seulement fait parce qu’elle savait que Dean allait vouloir récupéré Joanne. Bizarrement, la vielle dame se rendit compte que même en sachant que c’était pour lui donné de faux espoirs, elle allait saisir ces bribes d’espoirs et s’y accrocher très fort

    Une ombre gracieuse et aussi noire que l’ébène se déplaçait entre les meubles de la grande maison de la vieille pianiste, Lucie. La vieille femme, elle, dormait à points fermés après avoir prit son somnifère. L’ombre mystérieuse entra donc dans le salon et s’attarda sur le piano, tournant autour, l’observant sous toutes ses coutures. Puis, elle monta à l’étage. L’ombre poussa la première porte, une chambre d’enfant, en désordre, et un mot pour la femme de ménage : « Ne touchez à rien, c’est resté comme ça depuis son départ et je ne tiens pas à ce que ça change. ». Puis, en un mouvement de recule, l’ombre referma très vite la porte, pour se pencher vers la deuxième, une vieille femme dormait dans son lit. La forme noire s’approcha dangereusement du lit de la vieille femme quand celle-ci se réveilla en un sursaut. En apercevant quelqu’un penché au dessus de son lit, elle alluma instinctivement sa lampe de chevet et se mit à pleurer et voyant de qui il s’agissait.

    « Joanne, ma chérie ! Mais que fais-tu là ? Tu devrais être à Londres, avec ton père.
    - Mamie, j’ai quatorze ans et papa ne me dicteras plus jamais ce que je dois faire, et ce que je veux aujourd’hui, c’est vivre avec toi !
    - Oh ma chérie… Mais c’est ton père qui a ta garde, et malheureusement, je peux rien contre ça.
    - J’irais voir Mme Simmons, la voisine, demain. Elle est juge pour enfant et je lui expliquerais tout.
    - D’a… D’accord.
    - Oh merci mamie !
    - Avais-je le choix ? »

    La jeune fille se jeta dans les bras frêles de sa grand-mère et s’endormit aussitôt, bercée par la mélodie que fredonnait la vieille femme à son égard, la dernière qu’elles avaient joués avant d’êtres séparés. Le lendemain, Joanne se réveilla seule dans le grand lit de sa grand-mère, toujours bercée par cette douce mélodie. Mais cette fois, elle ne l’imaginait pas, la mélodie était là, sa grand-mère était donc au piano ! La jeune brunette dévala quatre à quatre les marches de l’escalier et se rua sur le tapis en face du piano, elle s’assit en tailleur, ferma les yeux, elle commença à pleurer doucement. Comment avait-elle pu être séparé de ça ? Cette sensation si paisible que l’ont ressent lorsqu’on entend cette agréable mélodie, lorsqu’on est serrée très fort par sa grand-mère, quand celle-ci pleure en vous regardant et vous dit « ma chérie, tu as tellement grandit… j’ai honte d’avoir raté une année entière de ta vie ». Quand la musique prit fin, Joanne se leva et alla s’asseoir aux côtés de sa grand-mère et elles se mirent à jouer d’un même son cette étrange mélodie. Et cette fois-ci, comme dans un rêve impénétrable, rien ne vient gâche leur bonheur. Elles jouèrent le morceau de nombreuses fois avant que Joanne ne décide d’aller frapper chez la voisine, c’était maintenant ou jamais. Suivit par sa grand-mère, elle se rendit sur le palier de la juriste et frappa. Presque instantanément, cette dame tant attendue apparut. Elle était petite, mince, et devait avoir la cinquantaine, un gros chignon de ses cheveux bruns surplombait sa tête et elle les invita à entrer. Joanne ne perdit pas son temps, à peine rentrer dans la grande demeure de la juriste, elle commença :

    « Bonjour Mme Simmons, merci de nous accueillir, j’aimerais vous demander un service.
    - Vas-y Joanne, je suis là pour ça ma chérie.
    - Mon père à ma garde, mais je… je voudrais habiter chez mamie, alors avant-hier, je suis partie de chez moi, j’ai fait du stop, et je suis arrivé chez grand-mère. Je… je ne veux pas repartir là bas, papa est tellement prit par son travail que j’ai tissé plus de liens avec ma nourrisse, alors que j’ai, je le rappelle, quatorze ans, qu’avec lui !
    - Je n’ai pas l’habitude de prendre une affaire juste comme ça, mais c’est d’accord. Tu seras placé provisoirement chez ta grand-mère dans l’attente de ma décision, j’examine ton dossier et je te dirais cela. Mais sache que ça prendra plusieurs semaines. Et d’ailleurs, plusieurs semaines que tu passeras, coûtent que coûte, chez ta grand-mère. Je vais de ce pas prévenir ton père.
    - Merci, merci beaucoup, et au revoir.
    - Au revoir Joanne. »

    Après que Joanne eut refermé la porte de chez Martine Elizabeth Simmons, des semaines passèrent, sans nouvelles, mais Joanne s’en fichait autant que sa grand-mère puisque c’était toujours du temps de gagné de toutes façons pour elles deux. De son côté, le père de Joanne, Dean, menait une lutte acharnée pour convaincre qui voulait bien l’écouter que sa grand-mère n’avait plus toute sa tête et que sa fille avait besoin impérativement de lui. Pendant que son père crachait sur le dos de sa grand-mère, Joanne apprenait le piano, et c’était d’ailleurs devenu une véritable passion. Une passion qui allait peut-être, ce soir de décembre, devoir prendre fin. Le « dring » tant attendu retentit, laissant apparaître leur voisine. Celle-ci avait un air sérieux et les regarda toutes les deux sans cligner des yeux.

    « Joanne, j’ai prit en compte tout ce que tu m’avais dit et nous en sommes venus à la décision de te laisser avec ta grand-mère. Mais cependant, ton père à tout de même un droit parental qui s’applique, d’habitude les enfants dans ton cas vont tous les week-end chez la personne concernée, en l’occurrence ton père. Mais la Russie et l’Angleterre étant deux pays éloignés, ton père aura le droit de te rendre visite quand il voudra. »

    Sur ces quelques mots, la juriste disparu, laissant Joanne et sa chère « mamie » nagées dans le bonheur. Qu’est ce qui enchantait le plus Joanne ? Se retrouver sous la garde de se grand-mère ou savoir qu’elle ne reverrait son père que quand il viendrait, en l’occurrence, jamais ? Ca, dieu seul le sait. C’est donc sur un ton enjoué que Joanne considéra sa grand-mère et lui dit :

    « Tiens mamie, et si allait regarder le nouveau film « De battre, mon cœur s’est arrêté » ? »

    Après cela, Joanne n'eut plus aucun problème, son cousin aîné la rejoignit quelques semaines plus tard et ils vécurent une petite vie plus que tranquille. Joanne se lança dans des études en criminologie jusqu'à ce que sa grand-mère adorée atteigne la fin de sa petite vie. Maintenant, la jeune brunette à démangé et fait partie intégrante de l’élite, elle mène une superbe vie hors mis le fait qu’elle est obligé de fuir son père. Après tout, elle n’a pas encore atteint la majorité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colin A. Herzengel
The Elite | Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 324
Age : 26
* Love : Rien, personne.
* Citation : « Le luxe, pour moi, c’est la santé. » Stella M.
* Chanson préférée : Time to Pretend by MGMT
Date d'inscription : 09/01/2008

Relationships
Relationships:

MessageSujet: Re: >> JOANNE CHARRIS__*   Dim 18 Mai - 19:44

Bon evidamment je te valide, ta présentation est EXTRA <3
Bon jeu =]

_________________

    Shout when you wanna get off the ride
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://palm-springs.forums-actifs.com
Joanne Charris
The Elite We are rich, pretty & popular. Who else ?
avatar

Féminin Nombre de messages : 6
Age : 25
* Love : Hahèm.
* Citation : J'devrais lui dire qu'à l'intérieur et sous ma peau j'ai tout un coeur ... xx3'
* Chanson préférée : Yaël Naïm - New Soul
Date d'inscription : 18/05/2008

Relationships
Relationships:

MessageSujet: Re: >> JOANNE CHARRIS__*   Dim 18 Mai - 19:45

Marchii !
xx3'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphir McOwen
Beautiful Liars | Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 310
Age : 24
* Love : Ashton. But shhht.. it's our little secret! :)
* Chanson préférée : The Blood Arm - Do I Have Your Attention?
Date d'inscription : 18/05/2008

Relationships
Relationships:

MessageSujet: Re: >> JOANNE CHARRIS__*   Dim 18 Mai - 19:57

Waaw la présentation *_____*
Bienvenue =D

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joanne Charris
The Elite We are rich, pretty & popular. Who else ?
avatar

Féminin Nombre de messages : 6
Age : 25
* Love : Hahèm.
* Citation : J'devrais lui dire qu'à l'intérieur et sous ma peau j'ai tout un coeur ... xx3'
* Chanson préférée : Yaël Naïm - New Soul
Date d'inscription : 18/05/2008

Relationships
Relationships:

MessageSujet: Re: >> JOANNE CHARRIS__*   Dim 18 Mai - 19:58

Marchyy !
Quel accueil !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: >> JOANNE CHARRIS__*   

Revenir en haut Aller en bas
 
>> JOANNE CHARRIS__*
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'entourage de Joanne Whalley
» Carpe Diem [ Joanne Whalley]
» Georgie Henley ? Joanne Thomspon, petite sœur.
» joanne ∞ we lost control
» but are we all lost stars, trying to light up the dark? ❤ joanne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Palm Springs :: THE BEGINNING :: ▪ Présentation :: Archives-
Sauter vers: